Il est 5h, Lomé s’éveille

Il suffit d’observer une ville comme Bordeaux pour constater que les grandes citées européennes s’éveillent selon une certaine unité. Tout semble être réglé comme du papier a musique: les comptoirs des cafés se remplissent les premiers, puis on se rue vers les quais pour attendre le train ou le tram, et enfin les magasins ouvrent de concert.

Au TOGO, c’est une toute autre histoire. A l’image du pays, les villes togolaises s’éveillent dans la multitudes. Les rues grouillent, et petit à petit une nuée de marchands, de domestiques et de travailleurs en tout genre s’attèlent chacun de son coté à cette nouvelle journée.

Il est 5h du matin. Une habitude gardée de Bordeaux, deux ou trois fois par semaines, je sors marcher avant d’attaquer la journée. L’occasion pour moi de me retrouver avec moi même et de réfléchir posément. Petit à petit, c’est l’heure du premier chant des oiseaux, des premiers toussotements humains, des retours des fêtards, ils profitent de la vie selon eux.

Si je pouvais me glisser dans les maisons, j’entendrais aussi le bruit que fait le charbon quand la ménagère allume son fourneau pour faire le petit déjeuner à sa famille, ou le murmure sans fin des prières matinales.

A mon retour de la marche, le visage des rues a de nouveau changé. La revendeuse de kom ou ayimolou est déjà prête à accueillir ses clients .Le rythme s’est accéléré. Les « cadres » se pressent pour se rendre dans leurs bureaux respectifs. Les commerçantes ont déjà pris possession de leurs places au marché et attendent les clients.

Dans le grand marché, c’est l’effervescence, des jeunes tiennent en main leur marchandises en tournant dans la foule. Tandis que d’autres ont déplié tissus à même le sol sur lequel ils exhibent toutes sortent d’objets insoupçonnés. Les vendeuses nous font la cour et vantent la qualité de leurs produit.

Les vendeurs de thé ambulants sont de la partie ainsi que les vendeuses de sandwich et petits beignets. D’autres se préparent de leur coté à vendre de l’eau fraiche et des petites boissons locales fraiches qui sont les plus beaux fiancés durant les fortes chaleurs.

Ici un petit garçon tient devant lui un pèse-personne sur lequel on peut contrôler son poids pour quelques pièces. Là des jeunes gens veulent te conduire à leur boutique de mèche. Un cireur de chaussures arpente les rues à l’affut d’un client, muni d’une petite boite en bois. Une voiture passe dans le marché, avec un haut parleur vantant les mérites de la pommade miracle du moment. Oh , les jeunes dames vous guettent de loin, elles viendront proposer de porter vos courses contre quelques pièces.

Les allées des marchés se remplissent d’une foule dense. On négocie, on se chamaille en plusieurs langues. Des groupes de femmes déplient toutes sortes de tissus sur les étals, comparent, jaugent. On se presse.

Beaucoup de ces travailleurs vivent dans une grande pauvreté, et bon nombre d’entre eux sont des enfants. Ceux qui cherchent à survivre sont nombreux. Ces métiers, que certains qualifient de « petits », permettent de faire vivre une partie de la population.

Lors de mes séjours à Lomé, l’animation de ces travailleurs matinaux, et le fait de tenter de se frayer un chemin, de se faire bousculer, pour atteindre un étal envahi par la foule, toute cette animation me réveille et me rode, il faut être costaud pour ne pas tomber en plein marché. Rires (  quoi que,cela m’est une fois arrivée)

Le brouhaha, le murmure, et j’ai hâte de me plonger dans cette incroyable fourmilière.

A Lomé, le grand marché est rempli de trésors. Le découvrir c’est l’adopter.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s